Voir une autre photo d’abbaye ou de monastère

Secrétariat au service des oblats et des oblatures bénédictines

La spiritualité bénédictine connaît un regain d’intérêt depuis quelques décennies, notamment chez les économistes, les sociologues, les dirigeants d’entreprises. On en souligne une originalité majeure : c’est la convergence entre vie intérieure et activité productive, souvent résumée par la formule latine « Ora et labora ».

Paradoxalement, les Oblatures bénédictines restent peu connues, restant traditionnellement dans l’ombre des monastères et dans la discrétion chère à Saint Benoît. Ce site dans sa nouvelle version, qui continue d’évoluer, se veut à la fois un espace de retrouvailles entre oblats, et un lieu d’accueil pour toute personne qui passe par là, et s’arrête en voyant un peu de lumière…

Pour en savoir plus sur nous, vous pouvez commencer par visiter les pages ci-dessous :

1 – Les Oblats
2 – Comment devient-on oblat ?
3 – Le Secrétariat au service des Oblatures Bénédictines
4 – Les AG du SOB


Edito

LE 15 DU MOIS DE MARS

Nous avons déjà fait la moitié du chemin qui nous prépare à la fête des fêtes, la Pâque du Seigneur. Un dimanche marqué par la joie ! « Ô ma joie quand on m’a dit montons à la maison du Seigneur ! ». Pourtant il n’est pas facile de monter, le chemin nous fait trébucher bien souvent, mais nous savons que la joie, la fête, sont au bout du chemin.

Ce dimanche, c’est comme une pause pour reprendre souffle, reprendre des forces, car il reste quand même la deuxième moitié à parcourir et saint Benoît nous invite à courir….C’est un peu comme dans le temps difficile que nous vivons tous en ce moment, si on nous disait : mais ce n’est pas grave, on en verra le bout, ce sera la fête ! En attendant on est pas à la fête, qui sait même si nous pourrons fêter Pâques tous ensemble ?

JKésus explique à Nicodème qu’il est venu dans ce monde apporter la lumière afin que nous ne marchions plus dans les ténèbres ; mais que les hommes ont préféré les ténèbres. On a alors envie de dire : « Ils sont fous ! Profitons de la lumière ! » Jésus donne la vraie raison : « Celui qui fait le mal, déteste la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées… »

Jésus vient mettre un coup de projecteur sur mes comportements, ma foi, mes œuvres et de temps en temps ça fait mal.

Au début du chapitre 49 de la Règle, Saint Benoît nous proposait « d’effacer pendant ces jours saints toutes les négligences du reste de l’année, de garder une vie très pure et pour y arriver, il faut abandonner nos penchants mauvais, prier avec des larmes, lire, avoir le cœur réellement peiné d’avoir offensé Dieu et nous priver ».

Si Jésus vient éclairer notre cœur, bénissons-le ! Mes larmes seront peut-être celles de la déception de me voir moins bien que ce que je croyais. J’ai pourtant fait des efforts déjà mais voilà ce n’est pas fini. J’ai essayé de lire la Parole de Dieu et le livre que m’a conseillé mon responsable des oblats, mais je me suis arrêté, trop long, pas facile…Je me suis confessé mais est-ce que je suis réellement peinée d’avoir offensé mon Seigneur, oui je regrette, bien sûr mais encore une fois je regrette surtout de m’être laissée entrainer à un penchant, une faute récurrente, je me croyais tellement mieux que ça… mais c’est sur moi que je pleure.

Vous voyez nous n’aurons pas trop de l’autre moitié du carême pour nous laisser éclairer et convertir par l’amour miséricordieux du Christ. Bonne fin de carême et belle fête de la Pâque du Seigneur…qui est aussi notre Pâque !

 

 

Elisabeth ROUX
Présidente du SOB